Le produit NOM PRODUIT a été ajouté dans votre panier

Hyperinsulinisme : facteur d'obésité

Définition

L’hyperinsulinisme est la conséquence d’une sécrétion excessive d’une hormone sécrétée par le pancréas : l’insuline.
Le rôle de l’insuline est de faire baisser la glycémie au cours du processus métabolique qui suit la digestion.

Causes de l'hyperinsulinisme

Bien que cette pathologie s'observe souvent chez des personnes souffrant de diabète cette manifestation touche désormais de plus en plus de personnes. Nos sociétés s'américanisent, c'est à dire que notre façon de s'alimenter s'apparente à celle des Etats Unis qui comptent le plus haut pourcentage de personnes sujet à l'obésité. 

Cet hyperinsulinisme serait donc lié à votre alimentation. Si vous consommez exceptionnellement un ou plusieurs glucides à IG (index glycémique) élevé, la sécrétion d’insuline que cela engendre est suffisamment efficace pour faire normalement redescendre la courbe de glycémie. Mais si votre consommation de glucides à IG élevé devient une habitude, il se produit alors une résistance à l’insuline (on parle aussi de mauvaise sensibilité à l’insuline). Le glucose tarde en effet, malgré l’insuline, à sortir du flux sanguin. C’est le stade de l’insulinorésistance qui est particulièrement marqué dans le cas du diabète de type II .

Qu'entend t-on par glucides à IG élévé ? Il s'agit de tous les aliments sucrés et de tous les féculents. En effet saviez-vous que la farine possède un IG très élevé ? C'est une mauvaise alimentation beaucoup de féculents, beaucoup d'aliments sucrés (biscuits, bonbons, sodas, céréales, ...) qui provoque ce phénomène dans votre organisme.

Vos récepteurs à l’insuline ne fonctionnent plus normalement. C’est pourquoi l’insuline est « mal reconnue » par les cellules des tissus gluco-dépendants qui ne sont donc plus correctement informés de sa présence. La glycémie reste alors anormalement élevée car le glucose tarde à se délocaliser. Face à cette inertie, l’organisme « s’impatiente » ordonnant alors au pancréas de sécréter une nouvelle dose d’insuline ce qui ne fait qu’aggraver l’hyperinsulinisme. Il se crée ainsi un véritable cercle vicieux dans lequel l’hyperinsulinisme entretient l’insulinorésistance.

Manifestations de l'hyperinsulinisme

C’est l’hyperinsulinisme qui génère la prise de poids

L'une des propriétés essentielles de l’insuline est d’agir sur le métabolisme des graisses. C’est le phénomène de la lipogenèse.

  • Stockage des acides gras en graisses de réserve: L’insuline, et a fortiori l’hyperinsulinisme, stimule l’activité d’une enzyme : la lipoprotéine-lipase. Or cette enzyme a pour fonction de mobiliser les acides gras circulants (correspondants aux graisses consommées au dernier repas) pour les stocker sous forme de triglycérides, augmentant ainsi le volume des cellules graisseuses (adipocytes).
  • De plus, l’insuline aura pour effet d’inhiber une autre enzyme, la triglycéride-lipase, responsable de la lipolyse, c’est-à-dire du déstockage des graisses de réserve (voir plus loin).
  • Stockage du glucose en graisses de réserve:

Si la glycémie qui suit le repas est très élevée, il est probable que le glucose correspondant soit excédentaire par rapport aux besoins de l’organisme. L’hyperinsulinisme que cette hyperglycémie aura générée va donc avoir pour effet, sous l’impulsion de la lipoprotéine-lipase, de transformer ce glucose résiduel en graisse qui sera stockée dans les cellules graisseuses.

L’hyperinsulinisme est donc bien la cause fonctionnelle de la prise de poids !

Traitements de l'hyperinsulinisme

Le processus d’amaigrissement (LA LIPOLYSE)

Comme expliqué précédemment, la lipogénèse est le processus métabolique qui conduit à la constitution des graisses de réserve, donc à la prise de poids. La lipolyse, c’est exactement le contraire : c’est le processus métabolique qui conduit au déstockage des graisses donc à l’amaigrissement. L’organisme se trouve en fait dans une situation où il va chercher des acides gras dans les cellules graisseuses (adipocytes) pour les utiliser comme carburant, diminuant ainsi leur volume. Pour cela il faudra que le niveau d’insuline soit bas. Le mécanisme est le suivant:

  • Un niveau bas d’insuline a pour conséquence d’activer une enzyme, la triglycéride-lipase, dont la fonction est de faire sortir les acides gras des tissus adipeux (adypocites) en les ramenant dans le sang afin qu’ils puissent être utilisés comme carburant.
  • Puis l’organisme va s’efforcer de l’utiliser (le brûler) en modifiant au besoin son rendement énergétique.
 
 

C’est donc par la maîtrise du niveau d’insuline, en faisant en sorte qu’il soit le plus bas possible, que l’on enclenchera le processus d’amaigrissement.

Et pour y parvenir, il conviendra évidemment de limiter au minimum l’amplitude glycémique de l’après repas (post-prandiale).

La seule solution sera évidemment de ne consommer que des glucides à index glycémiques bas et même très bas:

L’expérience a montré qu’en consommant exclusivement des glucides à index glycémiques inférieurs ou égal à 35, la réponse insulinique était suffisamment basse pour permettre l’activation de l’enzyme amaigrissante, la triglycéride-lipase et déclencher ainsi la perte de poids.

(Source, fondements scientifques de la méthode montignac)